Histoire du quartier Londeau

Origines
Le Londeau médiéval, autrefois délimité par les actuelles rue du Progrès, Brément et chemin de Montreuil-à-Claye, relevait des seigneuries de Villemomble et de Montjay. Ces terres n’avaient pas d’attache avec le village de Noisy. Le nom Londeau provient de Longuedeaux ou Longueau. Il se réfère aux eaux de ruissellement qui s’écoulaient des hauteurs de la Boissière et du Clos-Poutret et qui traversaient le lieu en question.

Du grand propriétaire aux cultures maraîchères
Plusieurs grands propriétaires ont possédé successivement le domaine du Londeau : la famille Piolyne, M. Garus, M. Giron...
 La carte de Delagrive (1740) montre un domaine dominé par deux bâtiments autour d’une cour d’environ 60 mètres de long sur 40 mètres de large, dans laquelle se trouve un pigeonnier. Mais sur une carte plus tardive (1818) figure une disposition différente : trois corps de bâtiment fermés partiellement et une cour d’une vingtaine de mètres de côté. 

Les travaux réalisés pour le chemin de fer de l’Est parisien et la création du réseau routier, entre 1840 et 1860, ont modifié la configuration hydrologique du lieu. Le sol devint marécageux et un drainage souterrain fut mis en place afin d’assécher les terres. Le dernier grand propriétaire fut Nicolas Jean-Baptiste Tripier. En 1850, ses héritiers morcelèrent les terres et celles-ci furent vendues aux enchères à des cultivateurs locaux.

La transformation en domaine des Carmélites
La demeure bourgeoise fut vendue en 1914 dans son ensemble aux Jésuites de l’Action populaire. Les religieuses de l’ordre des Carmélites du Saint-Esprit, venues de Belgique, en firent l’acquisition en 1923 jusqu’à leur signification d’expropriation en 1964. Les derniers membres quittèrent le Carmel avec la promesse qu’une chapelle s’élèverait au cœur de la future cité HLM du Londeau, débutée en 1966. Après le départ de ces carmélites, la municipalité de l’époque pensait réhabiliter le couvent et en faire un établissement scolaire. Mais devant l’extrême vétusté des lieux, les bâtiments furent rasés.

Le Londeau aujourd’hui
Le quartier du Londeau englobait auparavant la cité-jardins (pavillons situés allée du Londeau) réalisée entre 1949 et 1950, qui fait maintenant partie du quartier Langevin. Il est depuis les années 2000 au cœur d’un vaste projet urbain en lien avec l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU).

hidden