Histoire du quartier Petit-Noisy

Origines
Le quartier a été dénommé ainsi car c’était initialement un terrain situé à l’écart du territoire de Noisy possédant son propre centre, son marché, ses commerces, son hôtel de voyageurs, etc. On constate que le centre du Petit-Noisy est aussi éloigné de la gare que l’est la place de la mairie.

La léproserie médiévale
Elle existait déjà au XIIIe siècle. Comme de nombreuses léproseries ou maladreries apparues en France, elle portait le titre de Sainte-Madeleine, mais on l’appelait léproserie de Bondy en raison de sa proximité avec ce village. Après plusieurs siècles de fonctionnement avec de nombreux religieux à sa tête, la léproserie et ses terres sont vendues comme biens nationaux en 1795 suite à la Révolution française.

Révolution industrielle et construction du canal de l’Ourcq
L’idée de la création de ce canal remonte à 1520, mais sa construction est décidée en mai 1802 pour alimenter les fontaines et assurer le nettoyage des rues d’une partie de Paris, alors en pleine expansion. Les travaux débutés en 1802 sont achevés en 1826. Le canal devient propriété de la Ville de Paris en entier en 1876. Concernant plus précisément Noisy, le canal traverse la partie Nord-Est de la ville sur 800 mètres environ. En 1838, un service de bateaux-poste allant de Paris à Meaux fut mis en place mais ne dura que peu de temps, face à la concurrence du chemin de fer dès 1849.

Le chemin de fer et les premiers logements collectifs HLM de Noisy
En 1927 est créée l’Immobilière des chemins de fer (ICF), alors appelée Société immobilière des chemins de fer de l’État (SICE). Puis, en 1930, naît sa principale filiale, la Sablière, du nom de la rue de leur premier immeuble construit à Courbevoie. Cette société réalise la construction des premiers logements collectifs HLM de Noisy, dans le but de loger le personnel de la SNCF. Une cité d’immeubles de plusieurs étages est implantée rues d’Alsace-Lorraine et Léon-Blum en 1950.

Le Petit-Noisy aujourd’hui
L’emplacement des lignes de chemins de fer confère au quartier du Petit-Noisy l’isolement géographique qu’il connaissait déjà dans les siècles antérieurs. Ces mêmes lignes sont, avec l’ex-RN 3 (route nationale 3), des facteurs qui expliquent l’attrait de ce quartier pour l’implantation de zones d’activités comme celle de la Madeleine. De nos jours, le quartier poursuit son désenclavement et se modernise grâce à des projets structurants tels que le projet de piscine olympique Noisy-Bondy dans le cadre des JO de Paris 2024, la recontruction-extension de l'école Jean-Renoir en un véritable groupe scolaire, l'arrivée future de nouveaux moyens de transports, sans oublier le projet de Zac durable de la plaine de l'Ourcq qui verra l'édification d'une nouvelle passerelle enjambant le canal. 

hidden